Faire don de son corps à la science

Il existe plusieurs mesures permettant de remplir préalablement des informations concernant le legs de son corps à la science. Il est important de désigner la personne qui pourra décider pour vous mais aussi de réitérer ces informations éventuellement par écrit.

Celui qui souhaite faire don de son corps à la science après son décès est évidemment tenu de le manifester sans aucune ambiguïté. Il y a donc lieu de préremplir un formulaire par le futur défunt, confirmant son accord de faire don de son corps à la science. Les héritiers peuvent également marquer leur accord en ce sens, mais il faut évidemment être certain que ceux-ci iront tous dans le même sens et qu’il n’y aura pas d’incertitude à cet égard. Il est donc préférable que la personne concernée puisse, de son vivant, établir un formulaire qui peut être trouvé sur le site de l’université de son choix.

Ce qui concerne les prélèvements et transplantations d’organes, la loi qui les encadre en Belgique date de 1986. Elle est basée sur le principe de « Qui ne dit mot consent » : chaque citoyen belge ou inscrit au registre des étrangers depuis au moins 6 mois est un donneur présumé, sauf s’il a refusé officiellement. Le don d’organes est anonyme. Il n’est pas rémunéré.